23/12/2010

9 L’HermitE


J’ai choisi aujourd’hui l’Arcane 9 l’Ermite (ou Hermite si l’on y voit l’image d’un Hermétique), le porteur de lumière, le guide qui initie la traversée du Temps.

En cette période elle m’a apparu être un bon choix (à moins de vivre dans une grotte on ne peut y échapper) puisque, J’avais choisi de le représenter sous les traits de Cronos/Saturne dans son aspect de vieillard errant, cette divinité romaine (dont le règne correspondait à l'Âge d'or) présidait la période qui précède le solstice d'hiver : les Saturnales ces fêtes Romaines qui étaient célébrées autour (les dates changèrent au cour du temps) de la célébration du Sol Invictus (ou Mithra) le 25 décembre.

Saturne est une assimilation (comme tous les dieux romains) d’une divinité étrangère, ici le Titan grec Cronos. Fils d'Ouranos (le Ciel) et Gaïa (la Terre). Ouranos emprisonnait ses enfants dans le Tartare. Furieuse, Gaïa fabrique une faucille qu’elle donne à Cronos pour qu’il renverse son père. Cronos tranche alors les testicules d’Ouranos (Aouch !), et les jette à la mer. Ouranos prédit alors que Cronos sera à son tour détrôné par sa descendance. Cronos épouse sa sœur Rhéa et, n'oubliant pas la prophétie, il dévore ses enfants au fur et à mesure qu'ils naissent. Rhéa, sur conseil de Gaïa, cache Zeus-enfant en Crète et le remplace par une pierre que Cronos engloutit à sa place. Devenu adulte, Zeus libère ses frères et sœurs et s’ensuit une guerre entre les dieux et les Titans que la « team-Zeus » va bien sûr gagner… Cronos aurait alors été banni sur les îles des Bienheureux ou îles Fortunées, au Nord-Ouest de l'Afrique.

(Les Romains rapportent, en toute « objectivité »et sans arrière pensée de propagande, que leurs rivaux Carthaginois offraient à Saturne, dit Saturne l'Africain (Baal Hammon), des sacrifices d’enfants nouveau-nés…)

Cronos est souvent confondu avec Chronos primordial du temps et de la destinée (et donc bien plus "ancien" que Cronos), à la fois à cause de la prononciation de leurs noms mais aussi parce que Cronos " qui dévore ses enfants " est comme Chronos, le temps, qui fauche tout dans sa fuite.

Aucun commentaire: